L'Homme qui plantait des sons

Disponibilité : (2000 pièces disponibles)

Artiste : François ROSSÉ

Mot du compositeur
« Cette proposition pour saxophone soprano et ensemble instrumental est un hommage à Georges Bœuf, saxophoniste, compositeur et professeur de composition au conservatoire de Marseille, à l’origine de la création du GMEM (Centre National de Création Musicale) dans cette ville. Il a conçu une œuvre inspirée par l’homme qui plantait des arbres de Jean Giono, une nouvelle écrite en 1953 pour faire aimer à planter des arbres. J’ai perçu que ce contexte poétique pouvait s’ouvrir au-delà des arbres, vers la forêt des sons…, celle que Georges Bœuf a plantée et fait grandir en donnant sa sève à de nombreux jeunes compositeurs au sein de sa classe de composition. Nous nous étions croisés lorsque j’enseignais les approches créatives de la musique au Cefedem Sud à Aubagne. Je me souviens aussi d’une rencontre à Turriers dans les Alpes de Haute Provence sur la route du Festival de Chaillol. Un beau lien d’amitié s’était établi entre nous. Georges Bœuf nous a quittés le 25 août 2020. L’Homme qui plantait des sons est une mémoire des moments partagés affectueusement ».
                                                                    François Rossé

Infos générales

- Titre : L’Homme qui plantait des sons
- S/Titre : À la mémoire de Georges Bœuf

- Création : 25 août 2020 - Léognan (France)

Artiste
- Compositeur : François ROSSÉ

- Les œuvres en catalogue de François ROSSÉ

Édition
- Copyright : © 2021 HODY Musique – Tous droits réservés

- Cotage : HM 000402
- Label éditorial : HODY Éditions
- Genre : instrumental

- Style : contemporain
- Version : partition
- Catégories dans le site : bois / ensembles / genre / style
- Date de publication : 23-avril-21

Description
- Instrumentation : Saxophone soprano et ensemble instrumental
- Support(s) : conducteur(s) et partie(s) séparée(s)

- Nombre de mesures : 53 (virtuelle)
- Pulsation : = 72
- Durée : 2 mn 30 s
- Niveau : 3/5 (moyen / cycle 2) - plus d'infos
- Pré-écoute (extrait) : non

Format(s)
- Pdf en télécharg. : 23 pages (couv. 1, cdr 7, ps 13, autres 2) 

- Taille du fichier numérique : 466 Ko
- Imprimé-relié : 20 feuilles (couv. 2 + int 6 + couv 2 + ps 10)
- Poids du produit « matériel » : 0,226 kg
- Audio : non

Commande
- Type(s) : conducteur(s) et partie(s) séparée(s)

- Mode de livraison : téléchargement et courrier

Médias
- Enregistrement sur CD : non
- Enregistrement mp3 : non

- Vidéo(s) : non

François ROSSÉ

François ROSSÉ

| PIANISTE-IMPROVISATEUR-COMPOSITEUR

Né en France, le 16 juin 1945 à Reichshoffen (Bas-Rhin), François ROSSÉ aborde la musique en autodidacte et entre aux conservatoires de Strasbourg (piano) à dix-huit ans, puis à Paris (piano, écriture, analyse, composition). Cet engagement tardif est largement compensé par la rencontre de maîtres magnifiquement engagés dans leur art et leurs conceptions comme Alphonse FOEHR et Jeannice BONJEAN concernant le piano.

Il obtient les premiers prix d’harmonie (classe d’Henri CHALLAN), de contrepoint (classe d’Alain WEBER), de fugue (classe d’Yvonne DESPORTES), d’analyse (classe d’Elsa BARRAINE) et enfin, en 1980, le prix de composition (classe d’Oliver MESSIAEN).

Son activité professionnelle s’harmonise entre ses engagements comme professeur d’analyse au Conservatoire de Bordeaux, comme pianiste-improvisateur et comme compositeur, à la fois proche de la tradition musicale occidentale et en phase avec les dynamiques artistiques planétaires actuelles, mais également comme conférencier et rédacteur.

François ROSSÉ oriente ses recherches dans le rapport de l’art musical avec des contextes sociaux et humains spécifiques. En associant volontiers l’acte de création à la faculté biologique d’adaptation à toute situation, il développe une imagination poétique, concrète et prolifique.

En 1994, François ROSSÉ obtient le prix « Claude Arrieu » de la Sacem pour l’ensemble de sa production. La même année, il est lauréat au concours international de composition organisé par la « Hochschule der Künste » de Berlin avec Cseallox pour violoncelle et saxophone. En 1999, il est lauréat au concours international de composition « Aperto » à Bucarest avec Rheinsam pour clarinette, alto et piano. En 2002, son œuvre Antonio por Causalidad est sélectionnée dans le cadre des Semaines internationales de musique contemporaine (SIMC) et jouée par le « Shanghai New Ensemble à Hong Kong ».

En 2012, le catalogue de François ROSSÉ compte plus de sept cents œuvres à destination des professionnels mais aussi des élèves, pour des formations et dans des genres très diversifiés : solistes, petits et grands ensembles, œuvres mixtes, symphoniques, vocales, chorales, spatialisations, créations pour sites urbains, mises en spectacle, confrontations culturelles... 

Il collabore avec de nombreux ensembles tels : 2e2m, l'Itinéraire, Proxima Centauri, Ars Nova, Aleph, les Percussions de Strasbourg, ainsi qu’avec les orchestres de Bordeaux-Aquitaine, de Poitou-Charentes, de Bayonne-Côte basque, la Philharmonie de Lorraine, le N.O.P de Radio France, et de nombreux ensembles et orchestres étrangers : Oh Ton d'Oldenburg (Allemagne), Oggi Musica de Lugano (Suisse), le chœur de chambre de la Schola cantorum de Gdansk (Pologne), l'Ensemble Moderne de Montréal (Canada), l'Orchestre philharmonique de Brandebourg (Allemagne), l'Orchestre national de la radiotélévision roumaine à Bucarest…

Ses œuvres sont jouées dans de nombreux festivals nationaux et internationaux (Angers, Orléans, Manca, Rassegna di musica contemporena de Rome...), des universités (North Western de Chicago, Montréal...), des conservatoires (Paris, Lyon, Montréal, Québec, Rimouski, Edmonton, Sudbury, Liège, Moscou, Berlin, Bremen, Tokyo...) et d’autres lieux à l'Île de la Réunion, Palma de Mallorca, Valencia, Séville, Padova, Civica de Milano, Lugano, Bâle…

La pratique orale, dont l’improvisation, lui permet naturellement de croiser d’autres espaces artistiques comme le théâtre, les arts plastiques, la danse, le cinéma.

Outre ses activités en lien avec la création, François ROSSÉ est inspecteur de la musique au Ministère de la Culture. Il intervient en tant que conférencier ou chargé de cours dans les Universités, à l’IRCAM et comme compositeur invité dans divers établissements (Musikakademie de Bâle, Hochschule der Künste de Berlin, Guildhall de Londres, Conservatoire Royal de Liège et de nombreux conservatoires en France).

Auteur fécond, il écrit de nombreux articles pour diverses revues, parmi lesquels plus de deux cents textes en langue française et allemande (Langue de terreSilberschlange). Son ouvrage Être musical, paru en 1999 (éd. Fuzeau) propose une réflexion sur sa propre démarche musicale ainsi que sur les aspects culturels et sociaux qui la précèdent.

Œuvres et bibliographie sont consultables sur le site du Centre de Documentation de Musique Contemporaine.

Discographie
Page discographie du site de l'Auteur

| François ROSSÉ fait confiance à HODY MUSIQUE depuis le 13 janvier 2018.

Donner votre avis

L'Homme qui plantait des sons

L'Homme qui plantait des sons

« Cette proposition pour saxophone soprano et ensemble instrumental est un hommage à Georges Bœuf, saxophoniste, compositeur et professeur de composition au conservatoire de Marseille, à l’origine de la création du GMEM. Il a conçu une œuvre inspirée par L’homme qui plantait des arbres de Jean Giono, une nouvelle écrite en 1953 pour faire aimer à planter des arbres. J’ai perçu que ce contexte poétique pouvait s’ouvrir au-delà des arbres, vers la forêt des sons... celle que Georges Bœuf a plantée et fait grandir en donnant sa sève à de nombreux jeunes compositeurs au sein de sa classe de composition… ». François Rossé

Donner votre avis

Téléchargement
Imprimé-relié

17,54 €


Paiements sécurisés

Envoyer à un ami

L'Homme qui plantait des sons

L'Homme qui plantait des sons

« Cette proposition pour saxophone soprano et ensemble instrumental est un hommage à Georges Bœuf, saxophoniste, compositeur et professeur de composition au conservatoire de Marseille, à l’origine de la création du GMEM. Il a conçu une œuvre inspirée par L’homme qui plantait des arbres de Jean Giono, une nouvelle écrite en 1953 pour faire aimer à planter des arbres. J’ai perçu que ce contexte poétique pouvait s’ouvrir au-delà des arbres, vers la forêt des sons... celle que Georges Bœuf a plantée et fait grandir en donnant sa sève à de nombreux jeunes compositeurs au sein de sa classe de composition… ». François Rossé

Destinataire :

* Champs requis

Annuler ou